Carte du Lac Léman en 1619 sur papier parchemin,

Taille unique 585 mm x 410 mm (identique au document original)

pour votre plaisir ou pour offrir !

24,90 €

Pour offrir ? Rajoutez une missive au sceau du Roy de France!

Si vous souhaitez rajouter un petit mot personnalisé ou missive pour le destinataire de la carte, ajoutez-le ci-dessous !

Nous l'imprimerons en lettres anciennes sur un papier vergé de France, lui apposerons le sceau du Roy, roulé avec un ruban en satin, et l'ajouterons avec la carte.

Après avoir enregistré votre personnalisation, n'oubliez pas d'ajouter le produit au panier.

loader

Un peu d'histoire:

La Terre est plate !

Pour les anciens habitants du bassin méditerranéen, la Terre était plate. La mer, appelée Océanos, qui entourait les terres habitées, se refermait pour former la voûte céleste sur laquelle se déplaçait le Soleil. Ce dernier, allant d'Est en Ouest, atteignait le zénith à hauteur des régions tropicales et les chauffait de façon insupportable, et c'est pourquoi ces dernières abondaient en déserts inhospitaliers. Par contre dans la zone tempérée, le Soleil était assez éloigné pour permettre l'existence d'un climat doux adapté à la vie humaine. C'est donc là que se construisirent les villes et les temples dédiés aux dieux et que naquit le commerce.

C'est à l'embouchure du Nil que le centre du monde était placé. Puis en allant vers le Nord, la Terre s'arrêtait. Cependant sur Océanos se trouvaient quelques îles au climat plus rigoureux, habitées par des peuples barbares riches en métaux. Les navigateurs phéniciens qui s'étaient aventurés sur Océanos les avaient visitées. Ils auraient également navigué vers le Sud, le long des côtes de l'Afrique, jusqu'à ce qu'un jour le Soleil apparaisse non plus à la gauche des navires, mais à leur droite. Et donc pris de peur devant ce phénomène inattendu, les Phéniciens auraient fait demi-tour. Plus loin encore vers le Nord se trouvait l'Hyperborée. Cet endroit, si pauvre en chaleur du Soleil, était le royaume des glaces et des neiges éternelles. Aucune vie ne semblait y résider.

Et la Terre devient sphérique !

On suppose que ce sont les anciens géomètres grecs qui ont eu les premiers l'idée que la Terre avait la forme d'une sphère. Et ceci dès lors qu'ils réalisèrent que les éclipses de Lune étaient dues à l'ombre que la Terre projetait dans l'espace. Comme le bord de l'ombre était toujours circulaire avec une courbe toujours identique quelle que fût la hauteur de l'éclipse sur l'horizon, le corps qui projetait l'ombre, c'est-à-dire la Terre, devait être sphérique.

Une sphère a des dimensions finies et donc la Terre doit en avoir aussi. C'est à partir des différentes hauteurs du Soleil aux solstices en des lieux différents de la Terre qu'il fut possible d'estimer ses dimensions. C'est ainsi qu'Aristote estima la circonférence de la Terre entre 58 800 et 76 800 km, tandis qu'Eratosthène l'évalua entre 37 044 et 48 238 km. De plus une Terre sphérique induisait un système naturel de représentation de sa surface, celui des coordonnées géographiques : latitude et longitude. Ces dernières furent introduites par Ptolémée.

Terra incognita

Les premiers navigateurs portugais partirent à la conquête de l'inconnu en voulant faire le tour de l'Afrique. Grâce aux coordonnées géographiques de sept mille localités, que Ptolémée avait recueillis dans sa Géographie, il fut facile pour les cartographes de la Renaissance de reconstruire un planisphère terrestre. Et c'est avec ces données que Christophe Colomb prépara son extraordinaire voyage. Cependant la distance entre l'Espagne et la Chine s'avéra fausse, car estimée au tiers de sa véritable valeur. Mais Christophe Colomb eut la chance de trouver les Indes occidentales, car sinon il ne serait jamais revenu. Malgré ses nombreux voyages Christophe Colomb ne se rendait pas vraiment compte qu'il avait découvert un nouveau continent. Le mérite en revient d'ailleurs à Amerigo Vespucci qui explora les côtes du Brésil dix ans après le premier voyage de Christophe Colomb. Et c'est donc d'après son nom que ces terres furent dès lors appelées Amérique.

Les rares survivants des expéditions de Fernand de Magellan furent les premiers hommes à effectuer le tour du monde en bateau. Parmi ceux-ci, Antonio Pigafetta qui en avait tenu le journal et à qui l'on doit le récit du voyage. Quand l'expédition arriva enfin aux îles Canaries, Pigafetta croyait être un vendredi, cependant il découvrit que le jour suivant était un dimanche car la messe allait être célébrée. L'annotation resta dans le journal, incomprise, mais elle est la preuve objective de la réalisation de l'entreprise. En effet, à naviguer toujours vers l'Ouest en suivant le Soleil, celui-ci s'était levé et couché une fois de moins.

Le planisphère se dessinait petit à petit, se couvrant de signes et de lignes. Les côtes de l'Afrique eurent leurs contours définitifs tandis que prenaient forme l'Amérique du Nord et l'Amérique du Sud, l'intérieur du Mexique et la côte pacifique jusqu'à l'actuelle ville de San Francisco, les Andes, les Grands Lacs, les côtes de la Chine et le Japon. Par contre pour connaître "parfaitement" les territoires inconnus de l'Afrique, ainsi que la localisation des sources du Nil, il fallut attendre le milieu du XIXe siècle.

Les mesures de la Terre

La carte de la France dressée par Jean Picard à la fin du XVIIe siècle donna naissance à la géographie et la géodésie modernes. Cependant, à l'époque, une polémique existait sur la véritable forme de la Terre. Huygens et Newton suggéraient que si la Terre tourne sur elle-même alors elle doit être légèrement aplatie aux pôles et renflée à l'équateur. L'Académie des sciences de Paris décida donc d'envoyer deux expéditions, l'une au Pérou à proximité de l'équateur, et l'autre en Laponie, le lieu le plus septentrional pouvant être atteint, afin de mesurer la longueur du degré du méridien. Ce dernier devait être plus court à l'équateur et plus long près du pôle Nord. La recherche eut ses premiers résultats en 1756 après de grandes péripéties. Le degré était effectivement plus grand à proximité du pôle, et la Terre tournait bien sur elle-même comme le prévoyait le système copernicien. A partir de là, on pouvait calculer les dimensions réelles de la Terre, et l'on put mettre en pratique la suggestion de les utiliser pour définir une unité de longueur universelle. Cela donna naissance au mètre, qui est défini comme la quarante-millionième partie de la longueur du méridien terrestre.

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

autres produits dans la même catégorie :

 

Paiement sécurisé

 

 Transport