Carte des légendes du Roi ARTHUR

Carte des légendes du Roi ARTHUR sur papier parchemin

Rex quondam rexque futurus
Qui fut roi autrefois et le demeure à jamais

Notre carte comprend la liste non exhaustive des sites Arthuriens, qu'ils soient clairement légendaires et folklorique (pierre levées etc ...) ou plus archéologiquement établis (Cadbury castle etc ...)
Nous intégrons un bref résumé des faits et des sources principales et des faits documentés

tout sur les Légendes Arthuriennes et du cycle Arthurien

2 Tailles de parchemin

Les cartes de grande taille (70 x 55 cm) sont livrées avec un tube noir mat sans dorure et plus sobre:

Tube-carte-ancienne-antica

pour votre plaisir ou pour offrir !

24,90 €

  • 57 x 40 cm
  • 75 x 55 cm

Pour offrir ? Rajoutez une missive au sceau du Roy de France!

Si vous souhaitez rajouter un petit mot personnalisé ou missive pour le destinataire de la carte, ajoutez-le ci-dessous !

Nous l'imprimerons en lettres anciennes sur un papier vergé de France, lui apposerons le sceau du Roy, roulé avec un ruban en satin, et l'ajouterons avec la carte.

Après avoir enregistré votre personnalisation, n'oubliez pas d'ajouter le produit au panier.

loader

Accessoires

Un peu d'histoire:

Carte des Légendes du Roi ARTHUR

Rex quondam rexque futurus
Qui fut roi autrefois et le demeure à jamais
Notre carte comprend la liste non exhaustive des sites Arthuriens, qu'ils soient clairement légendaires et folklorique (pierre levées etc ...) ou plus archéologiquement établis (Cadbury castle etc ...)
Nous intégrons un bref résumé des faits et des sources principales
Les faits documentés:
183 - Lucius Artorius Castus chef (Dux) de la VI légion Vitrix combat les Calédoniens
405 - Les légions romaines quittent la Bretagne. Début des grandes invasions
430 - Roi Vortigern, pression des Saxons contre les Bretons
450 - Personnage d’Ambrosius Aurelianus contre les Saxons
451 - Bataille des “Champs Catalauniques” contre les Huns - “Dux” romain Aetius
469 - Un certain “Riothamus” traverse la mer pour se battre contre les Wisgoths
486 - Syagrius roi Romain est vaincu par Clovis
500 - Bataille de Badon ou les Saxons sont stoppés
530 - Bataille de Camlan
Les Sources:
Vers 540 - Grégoire de Tours en Gaule, histoire des Francs, Conomor en Bretagne
Vers 550 - Jordanes et Appolinaire en Gaule nous parlent de “Riothamus”
Vers 550 - Gildas nous raconte l’histoire de la Bretagne  “De Excidio et Conquestu Britanniae”, de Vortigern, d’Aurelius Ambrosianus, d’Aurelius Caninus (Conomor ?) de Cuneglass “L’ours” (Arth), de Malgwen (Maléagant ?) De Vortiporius, de Constantin et de la bataille de Badon … Mais pas d’Arthur...
Vers 650 - Poème gallois “Y Goddodin”courte mention (ajout postérieur ?) D’Arthur
Vers 700 - Bède le vénérable, mentionne la Bataille de Badon mais pas d’Arthur
Vers 800 - Nennius écrit “Historia Brittonum” avec Ambrosius (Emrys), Vortigern. Il attribue 12 batailles dont Badon au  “Dux Bellorum” (chef de guerre) Arthur.
Vers 970 - Les Triades Galloises (et les Annales de Galles) parlent d’Arthur, de Mordred, de Myrddin (Merlin) des batailles de Badon et de Camlan.
Ver 1120 - Témoignage du pelerin Herman de Tournai sur un voyage en Cornouailles (Bodmin) Les habitant de Cornouailles se considèrent en “pays d’Arthur” et croient fanatiquement que celui ci n’est pas mort ...
Vers 1150 - Geoffroy de Monmouth nous donne l’histoire d’Uther, de Merlin, d’Arthur, Guenièvre, Peredur et de Mordred … Les batailles de Badon et Camlan
Vers 1160 - Les triades Galloises - Les annales de Galles parlent de tous les personnages de la légende Arthurienne. Grande présence du merveilleux.
Vers 1170 - début du cycle Arthurien de Chrétien de Troyes (Cliges, Lancelot et Perceval). Première mention du Graal et de la lance.
1191 - Découverte d’une tombe ainsi qu’une croix (un faux ?) Attribués à Arthur.
Nous intégrons aussi des extraits des Annales Cambriae “Chroniques de Galles” qui sont un ensemble de chroniques galloises, rédigées en latin à St David's au plus tard au X ème siècle. Le texte est cependant une réécriture datant du XIIe siècle.
Une année, une phrase … On peut lire:
- Année 516: La bataille de Badon, durant laquelle Arthur porta la croix de notre Seigneur Jésus-Christ sur ses épaules pendant trois jours et trois nuits et les Bretons furent vainqueurs. »
- Année 537: La lutte de Camlann où tombèrent- Arthur et Medraut. La mort règne sur la Bretagne et en Irlande
- Année 573: La bataille d'Arfderydd (entre les fils d'Elifer, et Guendoleu fils de Keidau,durant laquelle bataille Guendoleu tomba, et Merlin (Merlinus) devint fou.
Evidement nous intégrons aussi le fameux: “Y Gododdin” : Poème gallois VII ème siècle, première mention d’Arthur: Gwarwddur donna en pâtures aux corbeaux nombre de guerrier du haut de ces murailles … Bien qu’il ne valait point Arthur …
Vous trouverez aussi les quelques éléments archéologiques de cette période comme La Croix de plomb trouvée en 1191 dans l’Abbaye de Glastonbury
avec la fameuse inscription Hic jacet sepultus inclitus rex Arthurus in insula Avalonia "Ici repose le célèbre roi Arthur sur l'île d'Avalon" mais aussi le texte émouvant en rapport avec Tristan sur une pierre levée
du VI ème siècle
“Ci git Tristan fils de Cunomorus” (Conomor ?) DRVSTANS HIC IACIT CVNOWORI FILIVS
Et pour finir quelques éléments autour du mystérieux RIOTHAMUS
Les Romains et les Bretons marchent contre les Wisigoth vers 469 selon Jordanes, le roi Riothime (Riothamus ?) Débarque à la tête de 12000 hommes, et est vaincu par les Wisigoth à Déols. Riothime passe par Arvernum (Clermont-Ferrand)  puis se retire chez les Burgondes ou il disparait …

Histoire la cartographie

La Terre est plate !

Pour les anciens habitants du bassin méditerranéen, la Terre était plate. La mer, appelée Océanos, qui entourait les terres habitées, se refermait pour former la voûte céleste sur laquelle se déplaçait le Soleil. Ce dernier, allant d'Est en Ouest, atteignait le zénith à hauteur des régions tropicales et les chauffait de façon insupportable, et c'est pourquoi ces dernières abondaient en déserts inhospitaliers. Par contre dans la zone tempérée, le Soleil était assez éloigné pour permettre l'existence d'un climat doux adapté à la vie humaine. C'est donc là que se construisirent les villes et les temples dédiés aux dieux et que naquit le commerce.

C'est à l'embouchure du Nil que le centre du monde était placé. Puis en allant vers le Nord, la Terre s'arrêtait. Cependant sur Océanos se trouvaient quelques îles au climat plus rigoureux, habitées par des peuples barbares riches en métaux. Les navigateurs phéniciens qui s'étaient aventurés sur Océanos les avaient visitées. Ils auraient également navigué vers le Sud, le long des côtes de l'Afrique, jusqu'à ce qu'un jour le Soleil apparaisse non plus à la gauche des navires, mais à leur droite. Et donc pris de peur devant ce phénomène inattendu, les Phéniciens auraient fait demi-tour. Plus loin encore vers le Nord se trouvait l'Hyperborée. Cet endroit, si pauvre en chaleur du Soleil, était le royaume des glaces et des neiges éternelles. Aucune vie ne semblait y résider.

Et la Terre devient sphérique !

On suppose que ce sont les anciens géomètres grecs qui ont eu les premiers l'idée que la Terre avait la forme d'une sphère. Et ceci dès lors qu'ils réalisèrent que les éclipses de Lune étaient dues à l'ombre que la Terre projetait dans l'espace. Comme le bord de l'ombre était toujours circulaire avec une courbe toujours identique quelle que fût la hauteur de l'éclipse sur l'horizon, le corps qui projetait l'ombre, c'est-à-dire la Terre, devait être sphérique.

Une sphère a des dimensions finies et donc la Terre doit en avoir aussi. C'est à partir des différentes hauteurs du Soleil aux solstices en des lieux différents de la Terre qu'il fut possible d'estimer ses dimensions. C'est ainsi qu'Aristote estima la circonférence de la Terre entre 58 800 et 76 800 km, tandis qu'Eratosthène l'évalua entre 37 044 et 48 238 km. De plus une Terre sphérique induisait un système naturel de représentation de sa surface, celui des coordonnées géographiques : latitude et longitude. Ces dernières furent introduites par Ptolémée.

Terra incognita

Les premiers navigateurs portugais partirent à la conquête de l'inconnu en voulant faire le tour de l'Afrique. Grâce aux coordonnées géographiques de sept mille localités, que Ptolémée avait recueillis dans sa Géographie, il fut facile pour les cartographes de la Renaissance de reconstruire un planisphère terrestre. Et c'est avec ces données que Christophe Colomb prépara son extraordinaire voyage. Cependant la distance entre l'Espagne et la Chine s'avéra fausse, car estimée au tiers de sa véritable valeur. Mais Christophe Colomb eut la chance de trouver les Indes occidentales, car sinon il ne serait jamais revenu. Malgré ses nombreux voyages Christophe Colomb ne se rendait pas vraiment compte qu'il avait découvert un nouveau continent. Le mérite en revient d'ailleurs à Amerigo Vespucci qui explora les côtes du Brésil dix ans après le premier voyage de Christophe Colomb. Et c'est donc d'après son nom que ces terres furent dès lors appelées Amérique.

Les rares survivants des expéditions de Fernand de Magellan furent les premiers hommes à effectuer le tour du monde en bateau. Parmi ceux-ci, Antonio Pigafetta qui en avait tenu le journal et à qui l'on doit le récit du voyage. Quand l'expédition arriva enfin aux îles Canaries, Pigafetta croyait être un vendredi, cependant il découvrit que le jour suivant était un dimanche car la messe allait être célébrée. L'annotation resta dans le journal, incomprise, mais elle est la preuve objective de la réalisation de l'entreprise. En effet, à naviguer toujours vers l'Ouest en suivant le Soleil, celui-ci s'était levé et couché une fois de moins.

Le planisphère se dessinait petit à petit, se couvrant de signes et de lignes. Les côtes de l'Afrique eurent leurs contours définitifs tandis que prenaient forme l'Amérique du Nord et l'Amérique du Sud, l'intérieur du Mexique et la côte pacifique jusqu'à l'actuelle ville de San Francisco, les Andes, les Grands Lacs, les côtes de la Chine et le Japon. Par contre pour connaître "parfaitement" les territoires inconnus de l'Afrique, ainsi que la localisation des sources du Nil, il fallut attendre le milieu du XIXe siècle.

Les mesures de la Terre

La carte de la France dressée par Jean Picard à la fin du XVIIe siècle donna naissance à la géographie et la géodésie modernes. Cependant, à l'époque, une polémique existait sur la véritable forme de la Terre. Huygens et Newton suggéraient que si la Terre tourne sur elle-même alors elle doit être légèrement aplatie aux pôles et renflée à l'équateur. L'Académie des sciences de Paris décida donc d'envoyer deux expéditions, l'une au Pérou à proximité de l'équateur, et l'autre en Laponie, le lieu le plus septentrional pouvant être atteint, afin de mesurer la longueur du degré du méridien. Ce dernier devait être plus court à l'équateur et plus long près du pôle Nord. La recherche eut ses premiers résultats en 1756 après de grandes péripéties. Le degré était effectivement plus grand à proximité du pôle, et la Terre tournait bien sur elle-même comme le prévoyait le système copernicien. A partir de là, on pouvait calculer les dimensions réelles de la Terre, et l'on put mettre en pratique la suggestion de les utiliser pour définir une unité de longueur universelle. Cela donna naissance au mètre, qui est défini comme la quarante-millionième partie de la longueur du méridien terrestre.

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

autres produits dans la même catégorie :

 

Paiement sécurisé

 

 Transport